Le 17 janvier dernier, les étudiants en 1ère année de la section Game Art / Game Design se rendaient au Musée des Abattoirs à Toulouse. 
 

musée des abattoirs


Voici les impressions de Laurent, étudiant en première année de Game  :

« Il faisait beau, nuages gris et tombés d’eau. Un temps idéal pour aller visiter un musée. C’est un beau bâtiment, le musée des Abattoirs. En rentrant j’avais déjà le sentiment d’être venu, alors que ce n’était pas le cas. Peut-être était-ce un sentiment de bien-être ? 

Le bâtiment était grand, rien qu’en pénétrant l’entrée, on était contraint de se sentir petit. Pour moi, c’était essentiel lors de la visite du musée, car les œuvres aussi (la plupart) étaient petites face à la hauteur. Je me sentais donc proche des œuvres. Il y avait tous types d’art contenu dans la visite : des tableaux, des sculptures, des vidéos et à ma grande surprise de la musique. La visite fut un voyage pour l’esprit. Dès que j’ai pu, j’ai ouvert mon carnet de dessin et j’ai commencé à dessiner avec un style graphique s’inspirant de mon ressenti. J’ai décidé de dessiner un peu plus de mon œuvre à chaque salle visitée, et de passer un peu plus de temps là ou mon esprit était davantage dans sa zone de confort. Je voulais que ce dessin reprenne le parcours que j’ai entrepris et qu’il ait un peu de chaque salle en lui.
 

musée des abattoirs

 
Hormis cela, j’ai été fasciné de découvrir le musée seul. J’ai pu découvrir des couloirs angoissants contenant des objets qui me mettaient mal à l’aise, d’autres qui me désorientaient avec des photomontages étranges et incompréhensibles, certaines qui me fascinaient avec leurs œuvres détaillés en dessin, ainsi que certaines qui m’apaisaient de vinyles et de voyages. Ce parcours m’a fait passer par de nombreuses phases de réflexion. Mes pensées étaient parfois gaies, angoissantes, sombres, joyeuses, et confuses, mais toujours curieuses. Curieux de voir la prochaine œuvre, de découvrir la prochaine salle et de ressentir l’émotion à venir. 

Je n’ai pas particulièrement retenu d’œuvres pendant ma visite. Je vois cette sortie comme un ensemble, où aucune œuvre n’a retenu mon attention mais où chaque œuvre participait à une expérience essentielle. 
 

musée des abattoirs

Laurent BENOIT – Game 1